L'église St Onésime

 


                                   

                            

   

 L’église est dédiée à Saint Onésime, 7e évêque de Soissons, mort en 380, enterré  hors la ville de Soissons, au bourg de Saint Médard.  (ne pas le confondre avec un autre saint Onésime, esclave converti par Saint Paul et nommé évêque d’Ephèse (Asie Mineure), torturé et lapidé en 95).

  les reliques de St Onésime ont été transférées en 890, partagées entre Donchery et Douai.

  d’après une ancienne tradition, la châsse contenant ces reliques avait été mise en dépôt pendant une guerre à l'abbaye Saint Médard. Les porteurs chargés de la rapporter à Donchery, assoiffés, se sont reposés sur le versant de la Croix Piot  et ont vu une source jaillir : cette source, sensée guérir de la fièvre, était le but d’une procession le jour de la St Onesime le 13 mai.

 A l’origine, l’église n’était que la chapelle du prieuré, créé par les religieux de Saint Médard.. Au cours des siècles, l’église a été détruite, ( ville incendiée en  946) reconstruite, agrandie pour accueillir  une population de plus en plus nombreuse, …La plus grande partie de l'église actuelle date du début du XVI siècle.

 Pendant la Révolution, les réunions communales se tiennent dans l'église.C'est du haut de la chaire que sont proclamés les décrets de l'Assemblée Nationale.

                                                              inscription gravée sur la rembarde de la plateforme de l'orgue       

 

 

                      L'église a été incendiée, comme la ville entière, le 26 août 1914 : le toit et le clocher on été détruits..

                                      

                                                                      

            L'orgue Boizard

L'église a la chance de posséder un orgue historique , dont l'origine est contée dans la Gazette 'le corps de garde" n° 2      voir ou revoir 

 

                                l'orgue Boizard        

Son constructeur, le facteur d'orgue de Sedan Jean Boizard a aussi construit l'orgue de Saint Michel en Thiérache, qui a été épargné par les guerres, et où des concerts sont régulièrement organisés.

Pendant la Révolution, l'orgue échappe à la destruction, pour "accompagner le chant des hymnes républicains" dans l'église

Hélas, il ne reste que le buffet, toute la partie métallique de l'instrument lui-même ayant été enlevée par l'occupant en 1917, l'etain des tuyaux servant à la fabrication des cartouches.

Ce buffet d'orgue a été classé Monument Historique en 1973.

La partie instrumentale est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1980

  Les mécanismes attendent sous la  poussière accumulée depuis un siècle.

  

                              Des tuyaux, il ne reste que les gros, très gros tuyaux en bois.

                     

                                                                        

 

                      

                                                          

                                                                                                                               ACCUEIL